7# Retrouver sa joie, comment?

Quelques mensonges que l’ennemi nous glisse par exemple : « Tu ne vas pas tenir, tu vas retomber. Tu vas retourner à ce que tu étais ». Ça vous est déjà arrivé ? Alors qu’enfin il te semble que ça y est, tu la tiens, la joie du Seigneur, tout à coup, une idée te traverse l’esprit comme une flèche : « Ça ne va pas tenir. Tu es bien, là, mais tu vas voir, il va t’arriver un malheur ». Beaucoup d’entre nous l’ont déjà vécu. C’est de l’intimidation. Il va vous dire : « Rien n’a changé dans ta vie, et même, c’est pire qu’avant » ou encore : « Tu n’es pas assez fort. Tu n’as pas assez de foi. Tu ne parviendras pas à relever ce défi ». Mais regardez la contre-attaque de l’Apôtre Paul (Philippiens 4/4) : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur, je le répète, réjouissez-vous… (v6) Ne vous inquiétez de rien, mais en toutes choses, faites connaître tous vos besoins à Dieu par des prières, des supplications et des actions de grâces… ». Alors fais connaître tes besoins à Dieu. Prends ton problème, et dis : « Seigneur, je te le donne. Prends-le, je t’en prie ». Et ensuite offre-lui des actions de grâce : « Maintenant tout est dans ta main. Merci Seigneur ». Moi, il m’arrive de lui parler comme ça : « Seigneur, je te l’ai donné, là. D’ailleurs, je n’y pense plus… Pardon, Seigneur : j’y pense encore… Là, maintenant ça y est, je n’y pense plus. Je te l’ai vraiment, vraiment, vraiment, donné… Ah, mais qu’est-ce qu’il fait ? Ça ne marche pas !… Seigneur, je te l’ai donné : je voudrais bien ne plus y penser !… » Et Dieu vient à notre aide  par le verset 7 : « Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence va garder ton cœur et tes pensées »… Fais un échange avec le Seigneur : DONNE-LUI TON SOUCI, ET EN ÉCHANGE, LAISSE-LE REMPLIR TON ÂME DE SA PAIX.

Le verset 8 va peut-être nous faire perdre quelques frères et sœurs en chemin… : « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai… soit l’objet de vos pensées ». Parce que j’en connais qui vont dire : « Mais mes problèmes, je ne les invente pas ! Je vais vraiment mal, je suis vraiment malade et j’ai vraiment de gros soucis ». Oui, mais attendez ! Selon ce que Paul dit, la vérité n’est pas le seul critère de Dieu pour occuper nos pensées. D’accord, il y a des choses qui ne vont pas bien. Mais l’Apôtre Paul ne se limite pas à ce qui est vrai. Il va plus loin : « …tout ce qui est honorable, juste, tout ce qui est pur, que tout ce qui est aimableça je l’ai souligné parce que c’est très importanttout ce qui mérite l’approbation, tout ce qui est vertueux, tout ce qui est digne de louange soit l’objet de vos pensées ». Est-ce que mes problèmes sont dignes de louange ? NON. Est-ce que le fait que je sois retombé hier dans le péché, c’est digne de louange ? NON. Par contre j’ai dit : « Seigneur, je te demande pardon ». J’étais sincère et le Seigneur m’a pardonné. Je crois maintenant qu’il va me changer petit à petit… ÇA, C’EST DIGNE DE LOUANGE. Tu as des vrais soucis financiers ? Des vraies inquiétudes dans ta vie ? Tu dis : « Oui, mais justement l’Apôtre Paul a dit qu’il faut penser à ce qui est vrai ». Exact, mais ce n’est pas digne de louange. Qu’est-ce qui est digne de louange ? C’est que mon problème, je l’ai livré au Seigneur. Et lui, à son tour, va me donner quelque chose en échange. Il va me remplir de sa paix à travers sa Parole. « Seigneur, voici mon problème. Maintenant je vais m’alimenter de tout ce qui est pur, honorable, vrai et juste ; de mon B-A BA, de mes fondements, des révélations que tu m’as adressées depuis le début… » Mon ami, quand les attaques pleuvent, quand les pensées fusent, quand le découragement toque à ta porte, quand le blues sonne et que la tristesse s’insinue peu à peu dans ton esprit sans même t’avertir, RÉ-A-GIS ! « Mais qu’est-ce qui m’arrive ? Je suis en train de me laisser décourager, là ». Retourne à Kerith ! « Seigneur, tu m’as donné des paroles et pour moi ça compte plus que tout le reste. Tu as accompli de grandes choses dans ma vie. Seigneur, je reviens à tout ce qui est digne de louange ».

Ecrivez, dans un cahier, un carnet, un petit journal, écrivez ce que Dieu vous dit. C’est très, très important. « A telle date, Dieu m’a dit ça ». NOTER PERMET DE SE SOUVENIR ! David s’écrie : « Mon âme, bénis l’Eternel et n’oublie aucun de ses bienfaits » parce qu’il a observé que la mémoire est une faculté prodigieuse, mais parfois défaillante. Depuis des années, ma femme note tout ce que Dieu fait dans sa vie. Parfois je la vois avec son petit cahier : elle repasse sur son cœur ce que Dieu a fait. Et lorsqu’il y a des difficultés, elle y revient. Soulignez dans votre Bible. N’ayez pas peur de souligner (proprement) votre Bible lorsque Dieu vous adresse un verset ou un passage. ÇA SERA PLUS FACILE DE LE RETROUVER. Relisez, réécoutez et revivez les bons moments que vous avez eus avec Dieu. Méditer le Seigneur, les choses de Dieu, c’est ça ! Prenez le temps de vous asseoir au calme pour repasser ces trésors dans votre cœur. Cette semaine, je me suis souvenu d’un événement. Dieu m’avait donné un verset biblique : une seule toute petite ligne. Plus tard alors que j’étais en vacances, je me suis trouvé dans une église, et tout à coup le pasteur dit : « Voici le verset qui est sur mon cœur ce matin… » Et c’était ma ligne, que Dieu voulait me confirmer ! Je vous assure que ce jour-là cette ligne s’est gravée dans ma vie ! Et quand l’ennemi vient pour m’intimider, j’ai ma petite ligne dans mon cœur, et je revis ce moment exceptionnel. Refuse de penser à certaines choses. Nous avons parfois la responsabilité de faire un choix vital : refuser certains raisonnements. On s’égare vite. Vous connaissez cette expression : se faire des films ? Tout à coup, l’imagination s’emballe… et on se fait un film. Tu reçois un courrier, et ça galope dans tes pensées… Tu es allé trop loin. Mais en Christ, apporte tes soucis au Seigneur, et ensuite entretiens tes pensées PAR LES PROMESSES DE DIEU. Et le Seigneur va honorer ta foi.

Nous avons connu un couple qui vit au Bengladesh. Leur témoignage est vraiment exceptionnel. C’est ma femme qui les rencontrés là-bas, et lorsqu’elle est revenue, elle était émue en me racontant : « J’ai rarement vu des gens ayant tellement souffert, être aussi heureux. Ils brillaient d’une telle joie, c’était incroyable ». Le père de cet homme était imam, je crois. Une nuit, ce frère s’est retrouvé pendu dans un bois par sa famille. Il aurait dû mourir, mais Dieu l’a sauvé de façon surnaturelle. En préparant ce message, j’ai eu l’idée de lui écrire pour lui demander : « Je vais prêcher sur la joie, et j’aimerais savoir : comment faites-vous, avec tout ce que vous avez vécu, pour rester dans la joie du Seigneur ? » Il m’a répondu un long e-mail, mais je vais en citer juste une phrase. Il a écrit : « C’EST SA JOIE QUI, DEMEURANT EN NOUS, REND NOTRE JOIECOMPLÈTE ».

« Alléluia… Seigneur, ramène-nous à Kerith. Ramène-nous à ces temps vécus tout près de toi. Seigneur, enseigne-moi à saisir cette joie qui ne dépend d’aucune circonstance, à te livrer tous mes problèmes, tous mes besoins. Apprends-moi à me nourrir de tout ce qui est aimable, de tout ce qui mérite l’approbation, de tout ce qui est vertueux et digne de louange, Seigneur Jésus. Aide-moi à garder mes pensées. Je veux vivre pour ton royaume. Fais de moi un Élie qui sait retourner à Kerith. Fais de moi une femme qui sait s’arrêter pour méditer ta Parole et la repasser dans son cœur. Seigneur, je ne veux oublier aucun de tes bienfaits. Je veux que ça soit une préparation spirituelle pour l’avenir que tu me réserves. Je sais que tu as un avenir plein d’espérance pour ma vie. Je retournerai à Kerith, je retournerai aux fondements que tu as placés dans mon âme, et je n’oublierai ni ta fidélité, ni l’identité que j’ai en toi. »

 

Alors maintenant si vous êtes sauvé, vous avez toutes les raisons de la terre de faire monter vers Dieu une grande et forte acclamation. ALLÉLUIA !