2# Toi suis-moi

4. On va le faire ensemble

La barque se trouvait à une centaine de mètres de la plage. C’était le petit matin, aux premières lueurs. Les commentateurs nous apprennent qu’une brume, un petit brouillard flottait : ils ne voyaient pas qui était l’homme qui les interpelait. Lisez l’histoire Lire la suite

1# Toi suis-moi

1. Une manifestation miraculeuse

L’une des plus grandes épreuves sportives au monde s’appelle le « Iron Man » à Hawaï. Dans la famille du triathlon, c’est un défi presque surhumain. Des athlètes de très haut niveau professionnel y ont échoué. Après avoir nagé cinq kilomètres, on roule plus de Lire la suite

La valeur du médiateur

Les palais gouvernementaux sont peu disposés à nous laisser pénétrer leur domaine réservé. À Londres j’ai seulement pu apercevoir le Parlement en passant dans la rue. A Paris je n’ai même pas pu faire un arrêt devant le portail de l’Elysée. Même chose à Mexico, en Italie, à Tunis, en Pologne etc. Les palais de ce monde nous sont fermés. Qu’importe !

Paul  invite à porter plus haut et plus loin le regard, quand il écrit : « Il (Dieu) nous a bénis de toutes bénédictions spirituelles dans les cieux en Christ » (Éphésiens 1:3). « Et vous vous trouvez pleinement comblés en Celui qui est le Chef de toute Autorité et de tout Pouvoir (Jésus)» (Colossiens 2:10).

« Tout grand prêtre, en effet, pris d’entre les hommes, est établi en faveur des hommes dans leurs rapports avec Dieu. » (Hébreux 5:1) Jésus est l’avocat qui plaide devant Dieu en faveur  de notre audience ! Il est notre médiateur par excellence. La grâce que le Père accorde à son Fils coule en notre faveur au Palais de justice de la plus Haute Instance de l’Univers. Désormais nous appartenons à un gouvernement élevé au-dessus des royaumes de ce monde. Nous avons accès à ce tribunal en tout temps et y sommes reçus avec amour.

La qualité de l’avocat détermine l’issue du procès. Au tribunal, qui veut obtenir gain de cause cherche selon ses moyens parmi les plus éminents des représentants. Un puissant avocat aura beaucoup plus de chances de gagner qu’un petit médiateur sans expérience ! Christ, lui, eut une vie irréprochable devant la loi de Dieu ; c’est pourquoi il a été établi par Dieu pour notre cause. Et c’est dans sa Parole que nous découvrons ce qui est garanti au ciel pour chacun de nous.

Je peux maintenant demander tout ce dont j’ai besoin pour la gloire et les intérêts de son royaume. Pourtant en présence de Dieu je ressens vivement mon indignité… Mais sa main se tend en direction du Fils de son amour ! Il se tient là pour ma cause ! Christ est garant ! Le regard de Dieu passe alors sur mon âme. Il sonde mon cœur. Une seule chose compte : à quelle valeur j’estime son Fils.

Jésus est venu ici-bas, il m’a aimé jusqu’à donner sa vie à la place de la mienne. C’est comme s’il avait tissé un lien invisible entre son amour et moi. Il s’est élevé au-dessus de tous les palais et royaumes jusque dans la présence de Dieu. En Lui désormais je possède tout pleinement. En Lui je puise tous les trésors de bénédictions à partager autour de moi. Jésus ! Oui, je te regarde comme établi pour ma cause dans mes relations avec Dieu. J’ai le cœur assuré que tu es là, et que grâce à toi, je suis le bienvenu en audience.

Oui je peux faire ma demeure dans le palais de Dieu, près du trône de la grâce !… Inestimable valeur de mon médiateur !

En passant par là !

Comme il s’en allait, Jésus vit en passant, assis au bureau des taxes….Matt 9v9

Il n’y a pas de meilleur endroit qu’à l’hôtel des impôts de son époque pour sauver une âme. Quel sauveur merveilleux nous avons. Alors qu’il s’en allait pour un autre endroit, pour le prochain travail à faire ou peut-être pour une simple tâche quotidienne à accomplir le voilà se laissant détourner par ce qu’il voit. D’autres versets dans ce même chapitre nous montrent aussi ce merveilleux Jésus en mouvement.

Comme Jésus s’en allait, deux aveugles le suivirent…..Matt9v27
Comme ils sortaient, voici qu’on lui amena un possédé….Matt 9v32
Jésus parcourait…..Matt9v35

À la lecture de ces versets une pensée bien claire en ressort : La capacité de Jésus d’accepter de se laisser détourner et déranger! La vie chrétienne est une vie d’action, d’aventure et d’avancement pour qui désire vraiment suivre le maître. Si vous avez donné votre vie à Dieu et désirez être son disciple mettez vos chaussures car c’est certain il vous fera bouger, voilà pourquoi « Qu’ ils sont beaux les pieds de celui qui annonce la bonne nouvelle. » Jésus est venu oui pour pardonner nos péchés et nous donner le salut et une vie meilleure, mais cette vie meilleure et cet épanouissement ont un but : transmettre cette vie ! Nous avons reçu la vie en abondance pour donner en abondance. Sommes-nous comme le maître prêt à être détourné en passant dans des endroits qui nous semblent si routinier à nos yeux pour qu’une intervention de Dieu prenne place dans la vie d’une personne ? Sommes-nous rendus à restreindre la puissance de Dieu à être manifeste que dans nos réunions d’église ? Quand fut la dernière fois où votre regard fut attiré vers quelqu’un qui a tant besoin ? C’est touchant de voir que Jésus s’en allait, comme chacun d’entre nous. Il avait des choses à faire et des endroits où se rendre, mais malgré cela Il prenait le temps de regarder. Je vous encourage à demander à Dieu d’ouvrir les yeux de votre cœur. C’est avec son cœur que Jésus voyait les gens. Il les voyait tellement différent de ce que ces gens pouvaient semblaient paraître.

Est-ce que vous rêvez d’être interrompu dans vos courses et vos tâches journalières pour être utilisé puissamment de la part de Dieu ? Que ce rêve devienne votre prière quotidienne car cette prière sera répondue. Quiconque a soif d’être utilisé pour une âme et désire se laisser être détourné dans son parcours de choses à faire, Dieu a des œuvres prévues d’avance pour lui. Une vie d’action en Lui est possible, il nous faut simplement lui demander, regarder à l’entour de nous et laisser les gens venir vers nous et les aimer en retour. Je vous souhaite de marcher dans ces œuvres préparées d’avance très prochainement.

Une ancre dans la tempête

« Elle est pour nous comme une ancre de l’âme bien fermement fixée, qui pénètre au-delà du voile » Hébreux 6 :19 

En ces jours de tempêtes où certains sont durement frappés par la maladie, l’effondrement d’un couple, une tempête soudaine, un mentor a déçut ou les vents de paniques de ce monde soufflent sur les portefeuilles, notre âme a besoin d’une ancre bien fermement fixée. Le Seigneur nous dit qu’à ceux « qui ont tout laissés pour saisir l’espérance proposé » Dieu a donné une ancre solide! Quelle image nous est ici offerte par notre Seigneur! À la surface ce sont les vagues, la noirceur d’un ciel lourd et chargé de vents qui poussent de grandes vagues sur le bateau jeté de tous cotés. Frappé de tous les éléments déchainés, la pluie, le vent, la houle, les flots, les courants, la noirceur, les nuages et les vagues, la petite embarcation semble à l’avance condamnée. À bord l’équipage tente de s’accrocher, les cadrans tournent dans tous les sens, les voiles se déchirent sous les rafales. Les goutent de pluie pincent la peau et le froid pénètre les os. L’équipage s’accroche au mât. Sous leurs pieds, le pont se fait glissant et les vagues semblent vouloir les jeter par-dessus bord à tout moment. Leurs yeux entrouverts par la pluie qui les piquent, ils essaient de voir à l’horizon si le bateau sera entrainé vers les récifs.

 Mais là, très bas au fond de l’eau, une chose les rassurent, ils ne se briseront pas sur les rochers car leur ancre est fermement fixée. Si elle était plantée dans le sable, elle ne pourrait tenir le bateau frappé de plein fouet, mais elle n’est pas dans la terre, elle est fermement fixée à un rocher! La tempête passera, le soleil reviendra et la mer se calmera. Le temps de la tempête les marins s’accrochent, confiants en leur ancre, solidement fixée!

De même, la tempête du doute frappe parfois les pensées du chrétien. Tout semble noir, Dieu semble vous avoir abandonné. Pourquoi répond-il à d’autres tout en vous laissant submergé par la houle. Les ténèbres à perte de vue semblent fondre tous ensemble sur votre âme fébrile. La mer immense rugit et tout le ciel s’assombrit pour descendre, on pourrait presque toucher ces lourds nuages, chargés de violence et d’offensive pour pousser la barque sur les rochers du désespoir, emporter dans les courants de l’incrédulité l’âme qui appartient à Christ.

Mais Dieu nous rassure, voilà que sous la tempête immense, se cache une ancre. Le combat ne semble pas à force égale, le ciel et la mer contre une petite âme bien fébrile?! Quelle injustice! Mais à chaque coup sur la barque, la tempête est humiliée. Il ne faut qu’une petite ancre pour combattre la pire des tempêtes! Mais qu’est-ce que l’ancre du chrétien? Sa foi! Où est-elle fixée? À Christ « elle est pour nous comme une ancre de l’âme, bien fermement fixée qui pénètre au-delà du voile, là où est entré pour nous en précurseur, Jésus » Hébreux 6 :19. Il est le rocher de notre foi. Un rocher vivant! Alors que notre confiance s’accroche à Lui, lui aussi tient bien notre foi! Il est garant d’une meilleure alliance! Le rocher aussi nous tient! Jaques nous dit «celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. » Jaques 1 :6.  Vous avez une ancre, la Parole vivante, celle qui est directement sortie de la bouche de Dieu dans sa Bible pour vous, cette promesse que l’Esprit a vivifié et fait entré dans votre cœur! jetez-là à la mer! La promesse est pour le jour de la tempête. La tempête vous frappe de tous les cotés? Ne laissez plus le doute vous emporter! Utilisez la parole vivante : « sans ralentir votre effort, mais en imitant ceux qui par la foi et la persévérance, reçoivent l’héritage de la promesse » (Hébreux 6 :12) la promesse a une utilité, elle est le fondement de votre foi,  celle-ci jeté à la mer et attrapé par la main du Rocher! Cette ancre ne descend pas au fond de la mer mais monte plutôt pour pénétrer les cieux et s’accrocher à Celui qui règne. Au-dessus des cieux il n’y a pas de tempête! Au trône de Dieu, pas d’intempéries, plus de vents, plus de vague, plus de rafales. Notre confiance est au-dessus des tempêtes de ce monde! Là-haut quelqu’un tient ma foi! Là haut mon âme est fermement fixée à la main de Celui qui siège sur les cieux et la terre. Quelle assurance! La tempête cessera bientôt. Toutes les forces de ténèbres seront bientôt humiliées par une seule chose, ma foi, mon ancre dans la main de mon Sauveur!

La tempête se calmera bientôt. Notre foi et notre persévérance obtiendront l’héritage de la promesse. Dieu a fait un serment et il tiendra sa Parole. Il n’est pas un homme pour mentir ni un fils d’Adam pour avoir du regret. Ce qu’il a promit ne le fera-t-il pas? Ce qu’il a déclaré ne l’accomplira t’il pas? Mon âme, soit en paix, tu es bien accrochée au trône de la grâce! Mon âme, repose-toi dans la tempête comme Christ dans la barque, bientôt nous aurons traversé cette mer agitée et nous verrons des âmes plier les genoux devant le sauveur! Jonas aussi dormait, mais lui c’était d’un cœur endurcit! Un cœur qui fuyait la réalité et l’appel de Dieu. Mon âme, reste calme car comme la rive approche, l’héritage arrive! Les flots n’auront pas raisons de nous. Notre vie ne se brisera pas sur les rocher, nous sommes bien accrochés, fermement fixés à la main de celui qui est dans le ciel! Voyez le lien qui nous unit! Il faut une communion avec Christ pour connaître Son amour. Il faut une relation intime avec le Sauveur pour voir sa foi bien ancré dans Sa main. Il faut une communion « qui pénètre au-delà du voile » pour savoir que notre vie y est bien ancrée! Si les doutes vous ont submergés, si les flots de l’incrédulité vous ont emportés, arrêtez tous vos efforts pour combattre cette tempête. Vos petits sauts d’eau ne pourront vider le bateau. Il vous faut plus. Il vous faut Christ dans votre bateau. Il vous faut pénétrer le voile par la foi et le voir Lui sur le trône afin de savoir qu’il tient votre vie dans sa main! Quand notre relation avec Dieu n’est pas empreinte d’intimité et de moments de qualité, de révélations, nous sommes réduits à la plainte dans la tempête, personne ne peut alors vous comprendre, même pas Christ. Vous rejetez tout encouragement en disant «  quand t’auras passé par ce que je vis, tu verras bien! » Celui qui ne connaît pas le Maitre dans le secret de la prière ne peut que s’écrier au jour de la tempête « Maitre! Cela ne te fait rien que nous périssons! » (Marc 4 :38) Approchez-vous de Lui et vous pourrez dire à votre tour «  il ne peut y avoir de mensonge de la part de Dieu » (Hébreux 6 :18). Laissez toute autre attache car au trône, Dieu tient en réserve « un puissant encouragement à nous qui avons tout laissé pour saisir l’espérance proposée » (Hébreux 6 :18). Saisissons donc notre ancre, notre foi. Jetons-là courageusement à la mer et le monde verra qu’ « Elle est pour nous comme une ancre de l’âme bien fermement fixée, qui pénètre au-delà du voile, là où est entré pour nous comme précurseur, Jésus » (Hébreux 6 :19 et 20)

À la recherche de Jésus

« Ils s’en allèrent à Capharnaüm, à la recherche de Jésus »

Jean 6 :24
Il y a quelques jours, alors que je marchais sur Paris, mon attention fut attirée vers une vitrine de librairie. Stupéfaits, je pus lire les titres suivants, bien mis en évidence : « le Code Da Vinci » , « le Tombeau de Jésus », « l’évangile de Judas », et « la vérité sur les mensonges du Christianisme ».
Ces bouquins jonchaient parmi des romans policiers, des titres sensuels, des thrillers en pleine vitrine à la vue des enfants! Leur présence m’a frappé droit au cœur. Pourquoi n’y avait’ il aucune place pour un livre qui défend la foi? Je suis certain que plusieurs écrivains chrétiens ont essayés mais en vain de publier leur ouvrage chez ces libraires.

Toutefois, le cœur attristé je n’ai pus, sur le moment, résister à la tentation de me procurer l’un de ces livres. « Dan Brown et son marketing de code , je connais déjà. Je sais que ça n’a aucun sens. L’évangile de Judas, je connais aussi. Je sais que c’est un vieux truc de 1500 ans déjà bien réfuté par les théologiens, même ceux qui sont athées. Mais le Tombeau de Jésus??? J’en ai tant entendu parlé. Je dois le lire… » une heure plus tard, sur le train, j’avais déjà épluché quatre chapitre et répertorié 14 suppositions et 6 contradictions des auteurs. Rentré à la maison j’étais plein de colère et de frustrations sur ces nouveaux bouquins qui surfent la vague de Dan Brown.Je criais au Seigneur, « comment puis-je prouver que tu existe?! ». Ce n’est que quelques jours plus tard que la réponse brilla dans mon cœur. De retour à la maison après un gros weekend, je regardais la campagne française par la fenêtre. Assis à bord du TGV qui filait à toute allure vers Paris, je me mis à méditer. Les chants d’adoration sur mon Ipod rappelèrent à ma mémoire certains des plus beaux moments de prières des dernières années. Je pouvais me souvenir avec précision d’endroits, de moments. Il était quelle heure. Ce que Dieu m’avait révélé de Son Fils. À quel point il s’était manifesté tangiblement. Je me souvenais d’avoir été prosterné devant sa majesté, parfois en sanglots et d’autrefois le cœur explosant d’admiration et de joie! Personne ne peut nous voler ces moments! Je me suis dit alors : « voilà! Voilà la preuve que Jésus est vivant! Comment peuvent-ils avoir trouvés ses ossuaires alors qu’il vit en moi!

Comment peuvent-ils le déclarer mort alors qu’il se manifeste à moi régulièrement?!?!? C’est impossible! » Par exemple, ma tendre épouse ne peut être morte, je l’entends faire du bruit dans la pièce à coté alors que j’écris ces lignes! Même si le président des USA m’appelle en personne pour me dire que mon épouse est morte. Je ne pourrai pas le croire car elle est là juste à coté de moi! Voilà la réalité de la foi!Nous vivons en France depuis quelques mois, la même réalité exposée dans l’évangile de Jean. Jésus y est chapitre après chapitre, contesté, opposé, questionné et piégé. Au chapitre 6 il nourrit des milliers. Le lendemain les gens reviennent vers lui et lui demandent de faire comme Moise, tomber la manne du ciel. Ils le mettent même au défi « Quelle œuvre fais-tu? Nos pères ont mangé la manne au désert, ainsi qu’il est écrit: « Il leur a donné à manger du pain venant du ciel ». Ils voulaient voir une œuvre pour croire en Lui.

Encore aujourd’hui, les détracteurs de Christ veulent des preuves pour croire en Lui. Pourtant il y en a tellement autour d’eux. Je pense première à ma famille transformée par la puissance de Dieu. Mon père qui était si violent est devenu si doux. Ma mère alcoolique délivrée depuis plus de 33 ans! Puis je pense à moi, aux centaines de jeunes que j’ai vu qui ont été transformés par Jésus. À 4 reprises Dieu m’a guérit dans mon corps. Il y a autour de nous des millions de témoignages qui prouvent que Christ est bien vivant! Mais ceux qui cherchent avec de mauvaises intentions, ne veulent pas voir les preuves. Ceux qui cherchent à vérité d’un cœur sincère, eux viennent à trouver Christ! Ils demandèrent à Jésus un miracle pour croire, un peu plus tard, il guérit un aveugle mais les gens veulent le lapider!!!!! En fait, ils ne voulaient pas la vérité. Ils voulaient enrayer les preuves de la divinité de Christ pour pouvoir continuer de pécher en toute quiétude. Il est écrit « ils s’en allèrent à Capharnaüm, à la recherche de Jésus » .Encore aujourd’hui, trois types de personnes cherchent Jésus :
Ceux qui envers et contre toutes les preuves de vies transformés, ne croiront jamais en Lui.
ceux qui le cherchent pour manger du pain
ceux qui veulent le pain de vie!

Dans quelle de ces trois catégories pouvez-vous placer votre cœur? Êtes-vous à la recherche de Jésus pour ce qu’il peut vous donner? Eux voulaient la manne à nouveau. Du pain! Ils le suivaient pour leur ventre. Le suivez-vous pour ce qu’il peut vous donner? Le suivrez-vous-même s’il cesse de multiplier le pain?

Le cri de mon cœur est d’être quelqu’un qui le suit pour le connaître LUI ! « C’est moi qui suit le pain de vie » (Jean 6 :35). Ceux qui suivent Jésus pour ce qu’il donne peuvent bien mal prouver qu’Il est vivant à tous ces détracteurs qui ont écrit une brique sur une simple inscription contesté par des théologiens athées et par plusieurs archéologues et sociétés professionnelles en la matière. Jésus a dit « la volonté de mon Père est que quiconque voit le Fils, croit en Lui » Jean 6 :40.
Jésus sait qu’il faut voir pour croire. Mais il ne mentionne pas qu’il faut voir un miracle pour croire en Lui. Il faut plutôt le voir LUI! Si vous le voyez LUI, vous saurez instantanément qu’il ne peut briller devant vous et toute à la fois être dans une tombe! Si vous avez expérimenté son amour, vous savez qu’il vit. Vous avez gouté à sa présence, vous pouvez prouver qu’il vit. Il vit en vous? Vous êtes donc témoin de sa résurrection. Vous le rencontrez face à face dans le lieu secret? Vous pouvez donc témoigner de son existence. Ils n’auront que deux choix, vous croire comme étant fou ou croire en Lui. Combien de gens m’ont racontés qu’ils ont eut une touche de Dieu sur leur vie! Combien m’ont dit l’avoir vraiment personnellement rencontré! Soit que Jésus est vivant, soit que nous sommes fous! Peu m’importe! Je sais qu’Il ne peut être dans cette tombe car il est la résurrection de ma vie! Ces ossuaires ne peuvent être les siens car sa vie me rempli jusque dans mes os!

Jésus prit le premier la parole

Avant de lire ce blog, je vous encourage fortement à lire le texte suivant du livre de Matthieu 17:24-27. C’est le récit de Jésus qui paie les impôts. Justement c’est le temps des impôts, et pour bien des gens, des familles, des ministères et même des églises, c’est un moment de tracas et d’inquiétudes financières. Plusieurs parmi vous me diraient : Mes inquiétudes financière ne sont pas qu’au moment des impôts, mais durent toute l’année. Je prie que ce partage soit non seulement un encouragement mais une révélation de certains principes de Christ pour nos vies matérielles.

Pierre se tient à l’extérieur de la maison et les percepteurs d’impôts viennent à lui, demandant : Votre maître ne paie-t-il pas les deux drachmes ? C’est la même question que l’ennemi nous pose encore aujourd’hui sous d’autres formes : Ton maître prendra-t-il soin de toi ? Paiera t-il pour son œuvre afin qu’elle avance ? Subviendra t-il à tes besoins ? L’ennemi n’a pas changé de tactique depuis le jardin d’Eden. Il vient toujours nous souffler des questions troublantes et sournoises pour semer le doute, nous faire peur et saper notre confiance en Dieu et enlever notre paix.

Faisons comme Pierre qui répondit : Oui ! Quel exemple à suivre ! Ne nous battons pas avec les questionnements et les faux raisonnements qui veulent mettre en doute la fidélité de Dieu à notre égard. Pierre n’a pas répondu : Je ne sais pas, j’espère ou peut-être. Il a répondu : Oui ! Seigneur, mets en nous cette certitude que tu veux régner et intervenir dans notre monde matériel !

Lorsque Pierre entra dans la maison, Jésus prit le premier la parole. Que d’amour et d’intérêt ! Tant de fois, avant même que nous lui parlions de ce qui nous tracasse, Il veut justement nous en parler. Allez à Lui car il a une parole pour vous. Et lorsqu’il parle, Il agit. Ici, Jésus interpelle Pierre : Simon, qu’en penses-tu ? Les rois de la terre, de qui prennent-ils des taxes ? De leurs fils ou des étrangers ?

Quelle merveilleuse question du Roi de l’univers. En la posant, Il expose et remet à leur juste place les rois de la terre qui sont, eux, entièrement dépendants de l’argent du peuple pour pourvoir aux besoins de ce même peuple et à leurs propres besoins. Mais Jésus, lui, le Rois des Rois peut pleinement et en tout temps pourvoir pour nos impossibilités financières et matérielles, sans nous ou avec le peu que nous semblons posséder !

Pierre a répondu : C’est des étrangers que les rois prennent les taxes. Et Jésus de répliquer: Les fils en sont donc exempts. Dans une autre version, Il dit : Les fils en sont donc libres. Jésus déclare en fait que c’est ainsi qu’Il désire que nous vivions. Libérés et exempts ! Non des impôts (désolée pour ceux qui avaient cette pensée J), mais libres des angoisses, des peurs, des pressions et des soucis financiers. Nous ne sommes pas des étrangers pour Lui mais des Fils et des filles. Jésus ne se contenta pas de dire que les fils étaient exempts, il ajouta : Mais pour que nous ne les scandalisions pas, va à la mer… Je peux m’imaginer Pierre faire un plan financier en entendant ces mots. Avoir peut-être la pensée qu’il vivrait une autre fois une pêche miraculeuse, et que la vente de tous ces poissons paierait ce qui est dû. Mais Jésus lui dit : Va à la mer, jette l’hameçon. Quoi ? Pierre a dû être très surpris. Avec un hameçon on ne prend pas beaucoup de poissons ni aussi rapidement qu’avec des filets ! Mais le Maître a tout sous contrôle et désire répondre différemment de ce que nous avons connu par le passé. Il ne veut pas que nous ayons les yeux fixés sur les méthodes qu’Il nous a déjà données, mais que nous soyons fixés sur Lui. Il désire que nous ne mettions pas seulement notre foi dans ses promesses mais surtout en Celui qui accompli les promesses !

Va à la mer, jette l’hameçon et tire le premier poisson qui viendra, ouvre-lui la bouche et tu trouveras un statère. C’était plus que ce que les percepteurs avaient demandé. Il y a ici un grand principe que Jésus veut nous révéler. Il a indiqué à Pierre l’endroit où aller. Il désire encore être notre direction et nous montrer le chemin. Par la suite, Pierre devait faire ce qu’il faut pour pêcher un poisson, mais pour le reste c’est le Dieu de l’univers qui complète l’équation. Jésus a dit : Tire le premier poisson qui viendra.

La volonté de Dieu pour nos vies c’est que nous prenions ce qu’Il nous envoie. C’est Dieu qui dirige vers nous, qui emmène vers son église, ce dont nous avons besoin. C’est Lui qui le fait arriver. Combien de fois avons-nous essayé de le faire arriver par nos propres moyens et idées sans l’avoir consulté ? Combien de fois avons-nous couru après la promesse, en oubliant Celui qui nous l’avait faite ? Parfois on s’en sort, me direz-vous. Mais à quel prix ? Et pensons-y, à qui va la gloire ? Jésus a dit : le premier poisson qui viendra. Le premier, non le dernier ou le huitième ou d’autres chiffres. Je crois que la femme ou l’homme qui marche avec Dieu, qui se confie en Lui et qui désire que sa vie ou son ministère pointe vers Lui et le glorifie, aura des directives précises de la part de Dieu afin qu’Il soit glorifié. Je crois aussi que Dieu veut pourvoir puissamment et peut nous faire gagner beaucoup de temps afin que nous puissions nous donner à son Appel. Celui de le connaître afin de mieux le faire connaître ! Tous ce qu’il nous faut c’est de mettre notre confiance en Lui, en sa parole et de la mettre en pratique. Par exemple, Dieu nous encourage à la générosité mais dans son amour Il nous averti : «Sachez-le : Celui qui sème peu, moissonnera peu, et celui qui sème en abondance, moissonnera en abondance ! 2 corinthiens 9 :6. Comme vous venez de le lire, Dieu désire nous bénir mais il regarde aussi comment nous bénissons les autres.

Ce merveilleux récit se termine par Jésus qui dit à Pierre : Prends le statère et donne-le-leur pour moi et pour toi. Quel Dieu nous avons ! Si généreux ! Sa nature est vraiment de donner, de se donner. Les percepteurs étaient venus pour le tribut que Jésus devait payer. Pierre, je crois, en était préoccupé comme plusieurs d’entre nous qui sommes dans l’œuvre de Dieu. Jésus pourvoira pour ce qui est fait en son nom, ne vous inquiétez pas, ET Il désire aussi pourvoir pour nos vies personnelles.

Que les principes bibliques de cette révélation deviennent réalité pour nous tous. Déclarons comme le psalmiste : Oh Dieu, fais-moi vivre selon ta parole !

Moïse retourna vers le Seigneur

Assis à l’Aéroport de Paris et attendant mon vol pour Genève, je garde mon cœur en prière pour tous les lecteurs de ce blog. Je sais que plusieurs personnes qui aiment profondément le Seigneur entament cette année 2007 dans la douleur. Une parole brûle sur mon cœur tout particulièrement pour ces précieuses personnes. Je veux m’adresser à vous. Vous commencez cette nouvelle année comme vous avez terminés la dernière. Votre visage le cache mais votre cœur est dépositaire d’une profonde tristesse. Peut-être même que vous passer par un moment de crise. Vous avancez parce que vous avez des responsabilités et non parce que le cœur vous en dit. Hé bien le Seigneur a une parole pour vous! Dans Exode le cinquième chapitre, Moise est découragé. Il est prit dans une crise, une grave impasse. Dieu lui a dit d’aller voir les Anciens d’Israël et le Pharaon pour que ce dernier libère le peuple. L’entretien s’est très mal soldé. Le Pharaon a fait fit de ce que Moise lui a demandé. Puis il a doublé la charge de travaux des esclaves hébreux. Il leur a imposé de confectionner leurs briques et de construire. Le double. Le peuple croulant sous la charge du travail s’est retourné contre Moise. Les anciens d’Israël ont tenté d’apaiser le Pharaon mais celui-ci les a traités de paresseux. À leur sortie de la salle du trône, ils rencontrèrent Moise et l’insultèrent. Une version de la Bible, la Chouraki dit même qu’ils frappèrent Moise et Aaron. Moise n’avait jamais demandé cet appel, cette vocation. Il avait été parfaitement obéissant et le voilà insulté par le Pharaon et les anciens d’Israël. Et en conséquence de son obéissance, le peuple a souffert encore plus. Peut-être pouvez-vous comparer votre situation à la sienne ou peut-être connaissez-vous quelqu’un dans votre assemblée qui peut s’identifier à celle-ci. Vous priez peut-être pour quelqu’un mais Dieu ne semble pas répondre, ou même encore les choses semblent s’appesantir. Vous vous êtes consacrés à Dieu plus que jamais, vous lui avez obéit. Vous avez mit votre vie en règle avec votre Créateur et puis vous voilà dans le malheur. Alors je vous encourage à suivre le chemin que la Parole nous trace à travers ce merveilleux récit. Un verset brûle et consume mon cœur : « Moise retourna vers le Seigneur »

Moïse

Lui, et pas un autre. Personne ne pouvait y aller à sa place. Il fallait que ce soit lui . pas Aaron. Aaron pouvait l’aider dans le service auprès des hommes mais pas auprès de Dieu. Son beau-père Jéthro non plus ni son épouse ni ses amis. Il fallait que ce soit lui! Moïse! Peut importe la gravité de l’épreuve, il nous faut aller vers Dieu. Vous pouvez demander la prière à vos proches. Vous pouvez chercher conseil et réconfort en votre confident mais rien ne remplacera l’impact sur le cœur d’une personne qui retourne à Dieu. Moïse était déçut de Dieu, profondément! Toutefois il alla vers Lui. l’enjeu se joue entre vous et Dieu. Nul ne peut prendre votre place auprès de Dieu en ce moment de désillusion, de découragement. Moïse s’est sentit déçut de Dieu mais il retourna vers le Seigneur!

Retourna

En ce moment de douleur et de tristesse, il ne fuyait pas mais il tourna le dos un moment à toute sa réalité, à Pharaon, à il tourna le dos à Pharaon et marcha vers le Seigneur. il tourna le dos aux anciens d’Israël, au peuple qui souffrait à cause de lui et marcha vers le Seigneur. je vous encourage en ce début d’année, marchez vers le Seigneur. allez vers Lui. même si vous êtes déçut de lui. peut-être êtes-vous dans sa volonté mais comme les disciples au milieu de la tempête, vous sentez que tout est entrain de couler. allez vers le Seigneur. retournez vers Lui!

Vers

Il avait une idée en tête bien précise. Il alla vers, en direction de, il avait un chemin bien précis, celui de la prière, une idée précise et clair de comment aborder ce grave problème, cette cris nationale, parler à Dieu. Je peux l’imaginer décidé à parler avec Dieu. Et vous?

Le

Pas les, car il n’y avait pas des solutions. Même si nous savons que tout est en Dieu, ce n’est pas toutes ses grâces et ses bontés qui peuvent nous aider mais lui-même! Moise n’alla pas vers toutes les réponses en Dieu mais il alla vers « Le » Seigneur!

Seigneur

Certaines personnes abandonnent complètement lorsqu’il y a une crise. À un tel point qu’ils peuvent vraiment en venir à oublier l’appel de Dieu sur leur vie. Ils ont essuyé un échec et maintenant ils vivent dans autre chose! Moise alla vers le Seigneur, pas le pasteur ou le psy. Pas ses amis ou Aaron, pas son banquier pour alourdir son prêt. Pas vers son comité de stratégie de marketing pour gagner la faveur du peuple, pas dans un bouquin pour trouver une nouvelle idée, vers le Seigneur! combien d’entre nous lorsque nous sommes découragés, nous allons n’importe où mais pas au Seigneur directement! Moi le premier, quand tout va mal, j’en souvent envie de m’évader, parfois même de nier. Moise lui, même dans la pire crise de sa vie, alla vers le Seigneur! Oh Seigneur, fais de nous des enfants qui vont vers leur Père céleste en toutes circonstances! Que nous puissions aller vers toi dans les bons et les mauvais jours. Que nous puissions aller vers toi, même quand nous avons l’impression que tu nous as déçut.

Allez vers le Seigneur, il vous attend avec une bonne nouvelle. Lorsque Moise revint vers son Maitre, ce dernier lui répondit : « Maintenant tu verras ma puissance » quand nous allons vers lui, il manifeste sa puissance. Il nous faut croire en Lui, en ses voies même lorsqu’elles paraissent nous conduire au cœur de la tempête!