Je ne comprends pas mais j’ai confiance

Sous le choc, elles se tiennent là, à distance, le cœur glacé. Muettes et brisées. Depuis midi, la nuit est tombée. Leurs yeux ne quittent pas cette croix où leur Seigneur agonise, suspendu par les clous. Que penser ? Que dire ? Ces femmes qui aiment Jésus sont réduites à simplement regarder. Il a été humilié et moqué cruellement. Le voici au plus faible, à bout de souffle. Un grand cri retentit soudain : il s’est éteint. La terre se met à trembler sous leurs pieds au point que les rochers se fendent dans un vacarme assourdissant. Des morts ressortent même de leurs tombeaux ! Que penser ? Que dire ? Bouleversés aussi, les soldats romains et le centurion semblent un instant pétrifiés.

Celui qui, pendant trois ans et demi, a investi toute son énergie à dévoiler les riches secrets du Ciel s’est tu. Il ne parlera plus. Il ne leur expliquera rien. Regarder et attendre : c’est tout ce dont leurs esprits restent capables dans cette insondable confusion. Comment pourraient-elles comprendre l’œuvre de leur Maître ? Tout espoir semble s’être enfui avec lui. Combien d’heures passèrent-elles là, à regarder, à prier, et à attendre ? Le troisième jour, enfin, les voici qui retournent au tombeau. Mais ce jour-là… AH, CE JOUR-LÀ ! Quelle récompense à leur fidélité ! Elles trouvent la pierre roulée, et le tombeau vide…

Et malgré tout ça, l’ampleur de son œuvre leur échappait encore à tous ! Même après avoir rencontré Jésus de nouveau bien vivant, personne ne put saisir pleinement pourquoi il avait fait cela, avant que l’apôtre Paul ne leur explique le salut, la croix et la Nouvelle Alliance. Mais en attendant, pendant des années les chrétiens crurent et aimèrent Jésus-Christ sans vraiment saisir la grandeur de ce qu’il avait fait pour eux ce jour-là.

Oh, cher ami, peut-être traverses-tu un passage ténébreux ? Les rochers sur lesquels ton monde s’appuie se fendent-ils sous tes yeux ? Se moque-t-on de Celui que ton cœur aime ? Et ton Sauveur garde-t-il le silence ? Que penser de tout ça ? Que dire, n’est-ce pas ? Tu ne comprends pas, MAIS TU PEUX ENCORE CROIRE. Comme ces femmes, reste-là, tout près de ton Sauveur. Attends-le. Fais-lui confiance. Il œuvre pour toi. Il accomplit en secret quelque chose qui dépasse ta compréhension. Car il ne nous est pas toujours donné de tout comprendre. Mais de croire de tout notre cœur, oui.

Dieu permet des temps où nous ne pouvons rien faire, sinon rester près de lui, et croire qu’il travaille. Oui, il y a des moments où Dieu travaille et lui-même semble nous tenir à distance et nous réduit simplement à patienter dans la foi. Des moments où le ciel est sombre, où les fondations sont ébranlées et où le monde se moque, MAIS NOTRE SAUVEUR AGIT ! « Comment et pourquoi, je n’en sais rien, mais j’ai confiance en lui ».

Que penser ? Que dire ? Son œuvre te semble incompréhensible ? Suis ces femmes au pied de la croix : « Elles regardèrent à distance » (Luc 23/49). Les promesses de Dieu te paraissent scellées dans la mort ? Suis l’exemple de ces femmes de foi : « Elles étaient là, assises en face du sépulcre » (Matthieu 27/61). Comme elles, ne bouge pas de là ! IL NE TARDERA PAS À ROULER TA PIERRE !