2# La victoire dans les pensées

Chers lecteur, je vous encourage à relire si le temps vous le permet, le blog précédent afin de bien vous plonger dans ce sujet si capital.

Quel verset que celui que nous avons lu en introduction! Dieu nous assure une paix parfaite si nous gardons notre pensée fixée sur lui :
« Tu garderas dans une paix parfaite l’esprit qui s’appuie sur toi, car il se confie en toi. »
Ésaie 26 :3

Le mot appuyer ici souligné est en hébreux le mot « sâmak » qui signifie « rester accroché à ». Même si la réalité semble nous prouver que la volonté de Dieu est hors d’atteinte, restons accrochés à ce qu’Il a dit. Même si l’Ennemi utilise les circonstances négatives pour se pointer avec le doute comme un bouquet empoisonné dans sa main, gardons nos pensées fermement fixés sur Lui! La version King James traduit
« à celui qui a arrêté sa pensée sur toi, tu assures la paix car il se confie en toi »
Que notre pensée soit bloquée sur Dieu! Qu’elle soit comme ce disque dur bloqué, cet ordinateur qui ne fonctionne plus! L’ennemi ne peut pas lui implanter un virus car il est bloqué! Le meilleur anti virus est un ordi bloqué. La meilleur protection contre le doute est une pensée fermement fixée, arrêtée sur Dieu, qui Il est et sa puissance et volonté d’Accomplir Sa promesse dans notre vie et dans la vie de ceux qui nous sont chers!

La foi impose une main sur Dieu

L’utilisation du mot « sâmak » est principalement trouvée dans l’Ancien-Testament pour décrire le geste des hébreux lorsqu’ils posaient leur mains sur le sacrifice immolé sur l’autel. Là devant eux gisait l’agneau mort à leur place. Dieu leur demandait d’imposer les mains sur l’animal en signe de transmission de leur péché. Ils devaient faire plus que de regarder l’animal mourir à leur place. Ils devaient imposer leurs mains sur celui-ci pour lui transmettre leur pécher. Leur foi dans ce sacrifice leur assurait le pardon de Dieu. Le sens premier de ce mot est donc l’imposition des mains. Lorsque vous mettez votre foi en Jésus, vous posez vos mains sur lui. votre foi en son précieux sacrifice à la croix transmet tous vos péchés sur le crucifié. Cette attitude de foi doit être renouvelée tout au long de notre vie. Face à chaque pécher que vous commettez, vous devez revenir devant Dieu et poser votre foi sur le sacrifice de Jésus. Devant les impasses de la vie, l’esprit qui s’appuie sur Dieu est comme une main invisible, un cœur qui s’accroche envers et contre tous. Cela n’a rien à voir avec un exercice mental et dépourvu de profondeur. Ce n’est pas une formule magique à prononcer entre deux pécher! Dieu cherche un cœur sincère qui désire grandir dans la pureté et la victoire qui Le glorifie.

Faites reposer toute votre confiance sur Dieu et le Seigneur sentira votre main sur lui. Dieu gardera dans une paix parfaite, l’esprit qui impose sa main sur Lui. Où pose-t-on notre main? Sur son cœur! Un cœur confiant est perçu par Dieu comme une main qui touche Son cœur. Vous pouvez affecter le centre de Dieu, ses émotions. Il est extrêmement sensible à notre attitude. Il nous voit vaciller parfois entre le doute et la foi. Il nous voit mettre tous nos efforts pour nous raisonner. Cela touche son cœur. il entend nos paroles de foi. Il sait ce que vous avez dit à votre entourage à son sujet. Vous avez touché son cœur par votre assurance. Parce que votre main est posée sur son cœur, il vous assure une paix parfaite. Vous ne pouvez peut-être pas connaître ce qu’Il vous réserve pour demain. Toutefois, vous pouvez expérimenter sa paix.

En retour, Dieu accorde la paix

« et la paix de Dieu, laquelle surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées dans le Christ Jésus. » (Philippiens 4:7 )
« Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix. Je ne vous donne pas comme le monde donne. Que votre cœur ne se trouble point, et ne s’alarme point. » (Jean 14:27)
« tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix; » (Romains 8 :6)
« Que le Dieu de l’espérance vous remplisse de toute joie et de toute paix dans la foi, pour que vous abondiez en espérance, par la puissance du Saint-Esprit! » (Romains 15:13)
Le Nouveau Testament nous ouvre les yeux sur une toute nouvelle réalité, la paix de Dieu. Elle dépasse ce que peut produire nos efforts psychologiques. Elle est surnaturelle et céleste. Elle est une substance venue d’en haut que l’homme ne peut produire par lui-même. Plusieurs indices nous laissent croire que cette paix est miraculeuse : « laquelle surpasse toute intelligence », « je vous donne ma paix », « l’affection de l’esprit…c’est la paix » et « que le Dieu… vous remplisse…de toute paix ». à celui qui met sa confiance en Jésus, Dieu accorde une sérénité d’esprit qui dépasse l’entendement humain. Elle est comme un liquide invisible déversée dans l’âme du cœur qui s’accroche.

Vos proches ne comprendront pas pourquoi vous dormez la nuit. Ils vous croiront insouciants mais vous saurez au plus profond de votre être que Dieu a versé sa paix en vous. indépendamment des circonstances, Il honore nos efforts de foi. Quand on tisse la voile de l’assurance, Dieu souffle le vent de la paix. Les vagues du doute peuvent frapper la coque. Les rochers peuvent tenter de nous dissuader d’avancer. Des épaves peuvent luire au fond des eaux peu profondes, nous savons que Dieu est avec nous. Regardez derrière et vous verrez des gens sur la terre ferme mais le cœur angoissé. Vous êtes sur le petit voilier de la vie chrétienne. Vous naviguez sur la mer de la dépendance mais votre cœur lui est en paix. Parce que vous avez mit toute votre confiance en Dieu, il vous accorde une paix parfaite. Elle n’a aucune petite imperfection, elle est authentique!

Le seul vrai combat

Dans son premier épitre à Timothée, Paul déclare : « Combats le bon combat de la foi ». Toute autre bataille est inutile. Pour bien comprendre ce principe céleste, imaginons une jeune femme qui cherche un appartement. Elle a peu de temps. C’est la pire saison pour déménager sur Paris et son dossier est peu solvable. Tendue comme une corde de guitare, elle appelle toutes les agences. Tout est trop chers. Finalement elle tombe sur une occasion intéressante. Elle est la première à déposer son dossier mais 8 autres personnes sont en lignes derrière. 4 jours d’attente avant une réponse. Elle se ronge les ongles, souffre d’insomnie et s’inquiète à outrance car la prochaine personne en ligne est nul autre que la nièce de la propriétaire. Elle prépare donc une argumentation sur papier et s’imagine en crise de colère au téléphone pour obtenir son appartement. « je vais me battre » se dit-elle. « Je vais y mettre toute la gomme! Personne ne va m’enlever mon appartement! » . Seule assise dans le bus, elle angoisse « je suis certaine qu’ils sont entrain de se concerter et de tout ficeler pour me mettre sur la touche! Ha je le sens. Je vais appeler mon oncle qui connaît un avocat. Je vais me préparer au pire. Je veux cet appartement et je l’aurai ».

Est-ce là la nouvelle vie en Jésus? Qui a-t’il donc de différent entre cette chrétienne et tous ceux qui n’ont pas Dieu dans leur vie? L’intention de notre merveilleux Sauveur est de nous faire entrer dans une vie de règne. Tout bouge dans la création mais rien ne semble inquiété. L’herbe pousse mais ne se stresse pas pour grandir. Le vent souffle, les nuages sont en mouvement. La création de Dieu vit mais non de stress. Dieu désire nous ramener à cette vie. Une vie de paix et de victoire. Une vie où tout bouge mais sur Sa Parole, non sur la notre. Dieu s’attend à ce que sa fille s’en remette à Lui, qu’elle pense autrement : « je suis à Dieu. Si c’est son appartement pour moi, personne ne peut me l’enlever ». Son cœur est donc en paix, serein. Elle s’en remet à Dieu. Elle a prié pour son besoin. Elle a fait ses devoirs et maintenant c’est à Dieu d’Agir. Sa foi lui dit qu’aucun homme ne peut empêcher la volonté de Dieu de s’accomplir dans sa vie. Parce qu’elle a confiance, elle peut mettre ses pensées sur autres choses. Elle cherche d’abord le Royaume de Dieu, prie pour ses frères et s’implique à l’église. Trois jours plus tard, le téléphone sonne. Elle n’a pas l’appartement. Ça lui donne un coup au cœur. Néanmoins, à la vie à la mort elle met sa confiance en Dieu. Il est impossible que Dieu ne lui vienne pas en aide. Elle combat le bon combat, le seul combat valable, celui de rester confiante en Dieu! Si, face à votre défi, vous avez fait tout ce que vous pouvez, ayez foi en Dieu.
Nous devons penser de façon positive

C’est biblique d’être positif. Les années 70 ont été marquées par l’explosion du mouvement du Nouvel-âge. Cette pensée mystique et anti-biblique encourageait les gens à penser positivement. Certains collaient de petits proverbes orientaux sur leur frigo. D’autres se répétaient sans cesse des formules magiques pour se garder optimistes. Devant cette nouvelle vague illusoire, certains chrétiens et prédicateurs ont voulut tant de dissocier de ce mouvement, qu’ils ont enrayés de leur vocabulaire l’expression « être positif ». Cependant, le chrétien, plus que tous les autres hommes sous le ciel, a toutes les raisons du monde d’être positifs. Il y a plus de 800 promesses dans la Bible qui concernent Jésus-Christ. 800 raisons et textes pour être positif! À une église souffrante et attaquée, Paul enseigne d’être positif et optimiste : « Au reste, frères, toutes les choses qui sont vraies, toutes les choses qui sont vénérables, toutes les choses qui sont justes, toutes les choses qui sont pures, toutes les choses qui sont aimables, toutes les choses qui sont de bonne renommée, – s’il y a quelque vertu et quelque louange, – que ces choses occupent vos pensées » (Philippiens 4:8).

Refusez toute pensée accablante. Tournez rapidement votre cœur vers l’assurance que Dieu vous aime, qu’il est présent et garant de sa promesse. Nous ne sommes plus des victimes en Jésus. Nous pouvons fermer la porte de notre pensée à l’ennemi : « C’est pourquoi, ayant ceint les reins de votre entendement et étant sobres, espérez parfaitement dans la grâce qui vous sera apportée à la révélation de Jésus Christ » (1 Pierre 1:13). L’ennemi veut vous faire croire que ces pensées sont les vôtres. Il est menteur! Toute peur, tout doute et toute angoisse vient de lui. Il nous attaque de ses traits enflammés! Mais notre confiance est ce bouclier qui empêche ces pensées de nous pénétrer. Dehors toute pensée négative qui cherche à s’infiltrer pour nous faire douter de Dieu! Comment discerner si c’est Dieu ou le diable qui vous parle? Voici une petite question simple que vous pouvez vous poser :
« Est-ce une tristesse écrasante ou convaincante qui produit en moi le désire de me rapprocher de Jésus? ».

Si cette voix vous donne envie d’être plus près Dieu, c’est le Saint-Esprit qui vous parle. Si cette petite voix vous donne envie de tout laisser tomber et de vous laisser aller, c’est le diable! Gardons nos pensées remplies de confiance, mettant ainsi de coté le soupire de la défaite! Que les biens réels problèmes de ce monde visible puissent pâlir à la lumière resplendissante des promesses de Sa parole, beaucoup plus vrais que nos réalités. Que le monde spirituel puisse nous être plus vrai que le monde terrestre, ainsi notre foi sera ferme et les choses visibles ne seront plus qu’une ombre derrière les choses invisibles. Dieu n’est pas aussi réel que tout ce qui nous entoure, il est plus vrai! La réalité de son existence dépasse celle des choses qui nous entourent. Toute la beauté de la création pointe vers le ciel d’où vient la Vérité, la Vie! Quel tableau celui de la création sur lequelle est peint un moment de l’éternité. Un si grand tableau que tous les explorateurs de tous les temps n’ont pas encore finit de le découvrir. Pourtant, cette jolie planète terre n’est qu’un pâle reflet de la beauté de Dieu.

Le ciel et la terre passeront mais sa parole reste! L’espace temps est un grain de sable dans l’éternité de Dieu, beaucoup plus réel aux yeux de la foi qu’à l’entendement intellectuel. Plus le croyant se nourrit spirituellement de la présence et de la parole de Christ, plus son raisonnement change. Le monde visible perd alors de plus en plus d’emprise sur sa vie et les réalités céleste de la sagesse et de l’amour de Dieu remplissent de plus en plus son cœur et sa pensée, l’affermissant ainsi dans sa foi! l’Esprit de Dieu travaille en nous. À chaque heure il veille à nous amener plus près de Jésus, le seul qui peut opérer la foi en nous. N’est-il pas l’auteur de la foi comme nous l’enseigne l’auteur aux Hébreux « rejetant tout fardeau et le péché qui nous enveloppe si aisément, courons avec patience la course qui est devant nous, fixant les yeux sur Jésus, le chef (l’Auteur) et le consommateur de la foi » (hébreux 12 :1 et 2)
« Seigneur, ton Esprit d’amour brûle en moi ta divine parole. Tu es l’auteur de mon assurance. À moi maintenant de rejeter tout fardeau et tout pécher qui cherche à contaminer ma foi. je veux courir patiemment cette course. Je veux combattre le seul combat valable, l’enjeu de la confiance en toi! Je sais que tu répondras. À ta façon et en ton temps tu accompliras ta promesse. Je me soumets à toi. Je me refuse à imaginer de quelle façon tu répondras ou quelle forme prendra l’accomplissement de ta parole. Je ne fixerai les yeux ni su moi-même ni sur les circonstances. Je fixerai les yeux sur toi! Tu as commencé à écrire en moi une histoire de foi. tu l’écris encore et tu la mèneras à ta perfection! Je me remets tout entier à toi. Le cœur confiant, l’âme baignée de ta paix »

Puissions-nous en ce début de printemps, brûler plus de Son amour et de sa victoire, surtout dans nos pensées! Bon mois d’avril!