2# Les deux prières du succès

2. Deuxième question : « Que dois-je faire ? »

Paul ne chercha ni à fuir ni à s’excuser. Il aurait pu se justifier : « Ah ! Je ne savais pas que tu es le Fils de Dieu !… » Non, il demanda humblement « Que dois-je faire ? ».

S’il était donné à certains de rencontrer Jésus physiquement, au lieu de lui demander sa direction pour leur vie, ils n’hésiteraient pas à lui faire part de leurs multiples rêves ou désirs : « Ah Seigneur, je suis si heureux que tu m’apparaisses ! Tiens, justement, j’ai un projet… et j’aimerais aussi que tu me donnes une femme et une vie pleine de santé, et prospère. Je te promets que je te donnerai toute la gloire et que je dirai à tous que c’est toi qui me bénis … ».

A l’inverse, au sujet de Paul, Jésus dit à Ananias (Actes 9 :16) : « Je lui montrerai tout ce qu’il doit souffrir pour moi ». Il n’a pas dit : « Je lui montrerai qu’il deviendra le théologien le plus connu de l’histoire de l’humanité, qu’il posera les fondements de l’Église, que les archéologues suivrons sa trace, que certains des sites touristiques les plus connus de la Terre porteront sa marque, que ses écrits seront les textes les plus lus au monde et que son nom sera dans tous les encyclopédies ! »  Il est certain que ni Christ ni Paul ne cherchaient la réussite telle que nous la concevons.

Aux pieds de ce glorieux et resplendissant Sauveur, Paul vit défiler toutes ses années durant lesquelles sa religiosité l’avait conduit à persécuter Jésus-Christ. Sûr de mériter son ciel, Paul allait droit en enfer ! Persuadé de faire honneur à Dieu, il lui déchirait le cœur ! Il comprit que désormais toute gloire devait Lui revenir. Il ne voulait surtout plus jamais se tromper. Il l’expliqua aux Galates (Galates 2 :19-20) : « Par la loi je suis mort à la loi » ; ce qui veut dire : « Par mes efforts je suis mort à mes efforts. Toutes mes initiatives m’ont poussé droit dans le mur ! Maintenant je veux laisser Jésus diriger ma vie. D’ailleurs si je vis, ce n’est plus moi qui vis, mais c’est Christ qui vit en moi. C’est Lui qui tient le gouvernail de ma vie. Je reconnais qu’il sait mieux que moi ce que je dois faire ». Il n’était enfin plus le capitaine. Il s’en remettait au commandement de Christ. La réponse de Jésus fut instantanée : « Va à Damas, et là on t’indiquera dans le détail la tâche qui t’es assignée ». Quelle réponse significative de la personne de Dieu !

Car Dieu répond rapidement à ceux qui font de Lui leur Seigneur. C’est la raison pour laquelle certains n’entendent pas Sa voix. Il n’est pas vraiment leur Seigneur ! Lorsqu’il se sait pleinement Maitre de nos vies, Dieu nous parle. Mais il choisit le thème et le moment opportun pour le faire. Parfois il aborde un autre sujet que celui qui nous occupe : tu veux savoir si tu dois changer de travail, mais Dieu désire d’abord t’orienter vers ta femme que tu négliges. Il est LE Seigneur. A Lui le droit de parole. Il doit t’entretenir des sujets qui brûlent sur Son cœur. Le Seigneur Jésus voyait en Paul un cœur totalement soumis. Voilà pourquoi il lui répondit si vite.

Dieu s’exprime rarement concernant le long terme ; il préfère de beaucoup nous éclairer peu à peu. Paul, effondré sur le sol, avait perdu tous ses points de repères.  « Que dois-je faire, Seigneur ? » fut son cri de détresse. Il reçut une direction claire, mais seulement pour ce jour-là : « Va à Damas et là on t’indiquera dans le détail la tâche qui t’es assignée. » Cela fait penser à  Actes 1 : 7 : « Vous n’avez pas à connaître les temps et les moments que le Père a fixé. »  Dans notre société sans Dieu, fondée sur la peur, on forme des grands spécialistes dans tous les domaines pour prévoir l’avenir. Certains dépensent des fortunes pour des voyants, d’autres courent les prophètes, mais  Christ se garda de révéler à Paul quelle serait sa destinée ! Il faut de la foi pour marcher avec un Dieu qui nous cache l’avenir et nous réserve des surprises ! Mais savoir à quel point il est bon permet de se sentir parfaitement rassuré près de Lui. Dans Actes 21 on annonce à Paul qu’à Jérusalem il sera lié et livré aux romains. Mais Dieu ne lui révèlera que plus tard qu’il ira aussi à Rome et sera libéré. Le Seigneur ne dévoile que très rarement l’avenir. Quand il le fait, c’est souvent de manière floue.

Cela n’empêche que dès que nous soumettons pleinement notre volonté à Dieu, nous entrons dans le plan méticuleux qu’il a élaboré pour nous. Car il veut nous diriger dans les petites choses de nos vies. Il est le Dieu de la finesse, du raffinement, de la précision. Même s’il s’intéresse à toute décision morale et qu’Il désire nous conseiller avec précision sur tout choix important, Dieu veut aussi pourvoir à tous nos besoins dans les moindres détails.

Une sœur de condition modeste avait un jour prié pour avoir un nouveau lave-linge. Et le Seigneur avait pourvu. On s’était moqué d’elle devant le petit garçon que j’étais alors. « C’est une exaltée ! Le Seigneur n’a que faire d’un lave-linge ! Croire que Dieu peut intervenir pour ça, c’est du grand n’importe quoi ! Le plus grave, c’est qu’elle a témoigné de cette banalité au culte. Quelle honte ! » Leurs paroles désobligeantes  s’étaient gravées dans mon cœur, et j’ai grandi avec la pensée que Dieu se fiche de nos petits soucis…
Devenu pasteur, j’eus un jour besoin d’une nouvelle paire de chaussures, mais nos finances exigeaient d’attendre le mois suivant. Le Seigneur me rattrapa dans la prière.
« Demande-moi une paire de chaussures, me dit-il.
–  Seigneur, jamais ! J’ai un salaire et une sécurité financière. Je n’ai qu’à bien gérer mes sous. Je n’oserai jamais te demander une telle banalité ! Il y a des gens qui meurent de faim dans le monde, et tu perdrais ton précieux temps à me donner des chaussures ?  Seigneur, je vais te prier pour les âmes perdues, mais pas pour des chaussures.
– Je Suis Dieu, demande-moi une paire de chaussures. »
Il insista pendant une semaine. De guerre lasse,  j’obéis. Dès le lendemain, pendant que je prêchais, une chrétienne qui travaillait dans le secteur de la chaussure semblait fixer mes pieds durant tout le message ! Le lundi matin, elle m’écrivit : « Pasteur, le Seigneur m’a dit de vous offrir une paire de chaussures. »  Je refusai. Elle répondit : « Je ne peux pas désobéir à Dieu ; il faut que vous veniez  chercher une paire de chaussures. » J’y allais, très humilié, et ressortis avec dans mes mains non pas une, mais trois paires de chaussures. Une propre, une sportive et une décontractée. J’étais complètement désorienté ! Je ne comprenais plus rien à Dieu. Alors le Seigneur me parla : « Je t’aime Christian, et je veux pourvoir à tous tes besoins dans les moindres détails. Cherche d’abord le Royaume de Dieu. Aime mes enfants, pais mes brebis, et je prendrai soin de toi et ta famille dans les plus petites choses. Je suis le Dieu de l’infiniment grand et de l’infiniment petit. »

Dieu t’aime dans les moindres aspects de ta vie. Il ne te promet pas le luxe, mais il t’assure sa bénédiction, sa protection et sa provision. Il a un plan précis pour toi, même si cela renverse tes concepts. Paul ne pouvait imaginer la portée finale de son obéissance. De la même manière, tu ne pourras jamais chiffrer ou mesurer à l’avance les résultantes de ta prière : « Que veux-tu que je fasse ? » Mais sois sans crainte, car Dieu connaît tes talents et ta personnalité. Il saura te diriger avec amour et grâce.

Nous servons un Royaume qui dépasse tout ce que nous pouvons concevoir. Paul n’était pas en mesure de sauver l’humanité entière, mais Christ lui dit seulement : « Là, on t’indiquera la tâche qui t’es assignée. » Dieu ne posa pas sur ses épaules toutes les tâches, mais une seule. Celle d’être l’apôtre des païens. Et dans son immense Royaume, Dieu a également une place unique pour toi. « Qui es-tu, Seigneur, et que veux-tu que je fasse ? » Il a une tâche et une place. Pour porter du fruit, il faut être précis. Ne pas chercher à accomplir beaucoup, mais chercher à bien faire. « Qui es-tu, Seigneur, et que veux-tu que je fasse ? » Obéir humblement, me soumettre à ta volonté et marcher dans ta grâce. « Où dois-je aller ? Que dois-je faire aujourd’hui de mon temps libre ? »…

Alors, certains de tes rêves ne se réaliseront peut-être pas par toi, mais s’accompliront sous tes yeux !