Un cri qui sauve des vies

Un bref survol de l’actualité suffit pour faire monter en l’homme un cri pour la justice. Beaucoup de français n’ont plus confiance en la politique. Certains des plus éminents analystes financiers ont tellement déçut en 2008 que plusieurs investisseurs ne savent quoi penser de l’automne qui nous attend. Le sport, l’économie, la sécurité, l’éducation, la santé…

On dirait que sur tous les fronts les citoyens sont déçus. Toute cette violence dans les cités fait monter un cri pour la justice.

Toutefois, j’aimerais vous présenter un autre cri. Le seul cri qui peut sauver des vies :

Alors que Jésus était pendu au bois, à la croix, il devait faire un effort pour se relever un peu et respirer. Les crucifiés mourraient d’épuisement et d’asphyxie à répéter ce geste. C’est pour cette raison que les soldats brisèrent les jambes des deux larrons. Ils voulurent accélérer leur mort pour rentrer chez eux. Quand ils arrivèrent à Christ, ils virent qu’il était déjà mort. Probablement au bout de son sang ou selon certains théologiens écroulé sous le poids des péchés du monde. Chaque respiration de Jésus à la croix fut maximisée pour prier.

Luc 23 :34 nous éclaire : « Jésus disait : Père pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font ». Alors que les larrons se moquaient, Jésus se poussait vers le haut pour respirer et priait pour eux. La TOB dit que Jésus « priait » et non « pria ». Ce qui nous laisse comprendre que son cœur était perpétuellement en prière pour les autres. Ce qui corrobore avec l’enseignement de Paul « priez sans cesse ».

Christ mit parfaitement en pratique ce commandement. A la croix, dans sa souffrance, il utilisa ses derniers souffles de vie pour prier pour des brigands, des méchants qui le persécutaient. Une seule raison peut expliquer un tel effort, un profond amour et cri pour que les âmes soient sauvés ! Christ n’entendait plus leur moqueries, il plaidait qu’ils ne soient pas séparés de Dieu pour l’éternité. Son amour, son cri supplantait sa fatigue, sa douleur, le rejet et les moqueries. Il priait que Dieu les pardonne. Les grands intercesseurs de la Bible priaient ainsi. « Pardonne-nous ! » ont criés Moise, Daniel et Néhémie. Leur compassion passèrent au-delà de l’actualité et ils s’identifièrent au péché de leur contemporain. Christ pria pour les larrons et le Père répondit rapidement à sa prière.

Soudainement le Saint-Esprit tomba sur eux. L’un résista mais l’autre se repentit. Il changea complètement d’attitude et s’écria vers son ami « ne crains-tu pas Dieu ?! » comment un tel virage peut-il survenir car il est écrit que peu de temps avant les deux se moquaient ?! Christ cria à Dieu de les pardonner. Le Père envoya son Esprit les convaincre de péché et l’un d’eux se repentit et fut sauver. Ce monde cri vengeance mais Christ crie « pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font » seulement de telles prières peuvent sauver des vies. Seul ce cri peut attirer la faveur de Dieu et vraiment changer le cours des circonstances.