Une ancre dans la tempête

« Elle est pour nous comme une ancre de l’âme bien fermement fixée, qui pénètre au-delà du voile » Hébreux 6 :19 

En ces jours de tempêtes où certains sont durement frappés par la maladie, l’effondrement d’un couple, une tempête soudaine, un mentor a déçut ou les vents de paniques de ce monde soufflent sur les portefeuilles, notre âme a besoin d’une ancre bien fermement fixée. Le Seigneur nous dit qu’à ceux « qui ont tout laissés pour saisir l’espérance proposé » Dieu a donné une ancre solide! Quelle image nous est ici offerte par notre Seigneur! À la surface ce sont les vagues, la noirceur d’un ciel lourd et chargé de vents qui poussent de grandes vagues sur le bateau jeté de tous cotés. Frappé de tous les éléments déchainés, la pluie, le vent, la houle, les flots, les courants, la noirceur, les nuages et les vagues, la petite embarcation semble à l’avance condamnée. À bord l’équipage tente de s’accrocher, les cadrans tournent dans tous les sens, les voiles se déchirent sous les rafales. Les goutent de pluie pincent la peau et le froid pénètre les os. L’équipage s’accroche au mât. Sous leurs pieds, le pont se fait glissant et les vagues semblent vouloir les jeter par-dessus bord à tout moment. Leurs yeux entrouverts par la pluie qui les piquent, ils essaient de voir à l’horizon si le bateau sera entrainé vers les récifs.

 Mais là, très bas au fond de l’eau, une chose les rassurent, ils ne se briseront pas sur les rochers car leur ancre est fermement fixée. Si elle était plantée dans le sable, elle ne pourrait tenir le bateau frappé de plein fouet, mais elle n’est pas dans la terre, elle est fermement fixée à un rocher! La tempête passera, le soleil reviendra et la mer se calmera. Le temps de la tempête les marins s’accrochent, confiants en leur ancre, solidement fixée!

De même, la tempête du doute frappe parfois les pensées du chrétien. Tout semble noir, Dieu semble vous avoir abandonné. Pourquoi répond-il à d’autres tout en vous laissant submergé par la houle. Les ténèbres à perte de vue semblent fondre tous ensemble sur votre âme fébrile. La mer immense rugit et tout le ciel s’assombrit pour descendre, on pourrait presque toucher ces lourds nuages, chargés de violence et d’offensive pour pousser la barque sur les rochers du désespoir, emporter dans les courants de l’incrédulité l’âme qui appartient à Christ.

Mais Dieu nous rassure, voilà que sous la tempête immense, se cache une ancre. Le combat ne semble pas à force égale, le ciel et la mer contre une petite âme bien fébrile?! Quelle injustice! Mais à chaque coup sur la barque, la tempête est humiliée. Il ne faut qu’une petite ancre pour combattre la pire des tempêtes! Mais qu’est-ce que l’ancre du chrétien? Sa foi! Où est-elle fixée? À Christ « elle est pour nous comme une ancre de l’âme, bien fermement fixée qui pénètre au-delà du voile, là où est entré pour nous en précurseur, Jésus » Hébreux 6 :19. Il est le rocher de notre foi. Un rocher vivant! Alors que notre confiance s’accroche à Lui, lui aussi tient bien notre foi! Il est garant d’une meilleure alliance! Le rocher aussi nous tient! Jaques nous dit «celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. » Jaques 1 :6.  Vous avez une ancre, la Parole vivante, celle qui est directement sortie de la bouche de Dieu dans sa Bible pour vous, cette promesse que l’Esprit a vivifié et fait entré dans votre cœur! jetez-là à la mer! La promesse est pour le jour de la tempête. La tempête vous frappe de tous les cotés? Ne laissez plus le doute vous emporter! Utilisez la parole vivante : « sans ralentir votre effort, mais en imitant ceux qui par la foi et la persévérance, reçoivent l’héritage de la promesse » (Hébreux 6 :12) la promesse a une utilité, elle est le fondement de votre foi,  celle-ci jeté à la mer et attrapé par la main du Rocher! Cette ancre ne descend pas au fond de la mer mais monte plutôt pour pénétrer les cieux et s’accrocher à Celui qui règne. Au-dessus des cieux il n’y a pas de tempête! Au trône de Dieu, pas d’intempéries, plus de vents, plus de vague, plus de rafales. Notre confiance est au-dessus des tempêtes de ce monde! Là-haut quelqu’un tient ma foi! Là haut mon âme est fermement fixée à la main de Celui qui siège sur les cieux et la terre. Quelle assurance! La tempête cessera bientôt. Toutes les forces de ténèbres seront bientôt humiliées par une seule chose, ma foi, mon ancre dans la main de mon Sauveur!

La tempête se calmera bientôt. Notre foi et notre persévérance obtiendront l’héritage de la promesse. Dieu a fait un serment et il tiendra sa Parole. Il n’est pas un homme pour mentir ni un fils d’Adam pour avoir du regret. Ce qu’il a promit ne le fera-t-il pas? Ce qu’il a déclaré ne l’accomplira t’il pas? Mon âme, soit en paix, tu es bien accrochée au trône de la grâce! Mon âme, repose-toi dans la tempête comme Christ dans la barque, bientôt nous aurons traversé cette mer agitée et nous verrons des âmes plier les genoux devant le sauveur! Jonas aussi dormait, mais lui c’était d’un cœur endurcit! Un cœur qui fuyait la réalité et l’appel de Dieu. Mon âme, reste calme car comme la rive approche, l’héritage arrive! Les flots n’auront pas raisons de nous. Notre vie ne se brisera pas sur les rocher, nous sommes bien accrochés, fermement fixés à la main de celui qui est dans le ciel! Voyez le lien qui nous unit! Il faut une communion avec Christ pour connaître Son amour. Il faut une relation intime avec le Sauveur pour voir sa foi bien ancré dans Sa main. Il faut une communion « qui pénètre au-delà du voile » pour savoir que notre vie y est bien ancrée! Si les doutes vous ont submergés, si les flots de l’incrédulité vous ont emportés, arrêtez tous vos efforts pour combattre cette tempête. Vos petits sauts d’eau ne pourront vider le bateau. Il vous faut plus. Il vous faut Christ dans votre bateau. Il vous faut pénétrer le voile par la foi et le voir Lui sur le trône afin de savoir qu’il tient votre vie dans sa main! Quand notre relation avec Dieu n’est pas empreinte d’intimité et de moments de qualité, de révélations, nous sommes réduits à la plainte dans la tempête, personne ne peut alors vous comprendre, même pas Christ. Vous rejetez tout encouragement en disant «  quand t’auras passé par ce que je vis, tu verras bien! » Celui qui ne connaît pas le Maitre dans le secret de la prière ne peut que s’écrier au jour de la tempête « Maitre! Cela ne te fait rien que nous périssons! » (Marc 4 :38) Approchez-vous de Lui et vous pourrez dire à votre tour «  il ne peut y avoir de mensonge de la part de Dieu » (Hébreux 6 :18). Laissez toute autre attache car au trône, Dieu tient en réserve « un puissant encouragement à nous qui avons tout laissé pour saisir l’espérance proposée » (Hébreux 6 :18). Saisissons donc notre ancre, notre foi. Jetons-là courageusement à la mer et le monde verra qu’ « Elle est pour nous comme une ancre de l’âme bien fermement fixée, qui pénètre au-delà du voile, là où est entré pour nous comme précurseur, Jésus » (Hébreux 6 :19 et 20)