N’ayez point peur car je sais que vous cherchez Jésus!

« Au crépuscule du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l’autre Marie vinrent voir le sépulcre. Et voici, il se fit un grand tremblement de terre; car un ange du *Seigneur, descendant du ciel, vint et roula la pierre, et s’assit sur elle. Et son aspect était comme un éclair, et son vêtement blanc comme la neige. Et de la frayeur qu’ils en eurent, les gardiens tremblèrent et devinrent comme morts. Et l’ange, répondant, dit aux femmes: Pour vous, n’ayez point de peur; car je sais que vous cherchez Jésus »

Matthieu 28-1 à 6.

Le premier sens du mot ici utilisé par l’ange envoyé de Dieu est « chercher dans le but de trouver ». Elles voulaient trouver Jésus. Certains cherchent mais non avec l’intention de trouver. Ils cherchent la face de Dieu dans le but d’être bénits. Ils cherchent mais non dans la ferme intention de trouver. Ils cherchent parce que quelqu’un leur a dit qu’ils seront bénits. Ils cherchent parce qu’ils ont vu quelqu’un être bénit d’avoir cherché Dieu. Ils cherchent et calment leur conscience d’avoir fait au moins l’effort. Ils font comme les autres de leur entourage, comme un chrétien doit faire tout simplement. Même durant leur recherche, ils se gardent l’option de dire « j’ai tenté, j’ai essayé et ça n’a pas marché ». Certains se disent « Dieu a vu mon effort de chercher sa face, il me le rendra ».

Cependant, ces femmes, elles, cherchaient dans le but de trouver. Le mot grec « zeeteite » signifie littéralement « chercher dans le but de trouver ». elles ne cherchaient Jésus que dans le but de le trouver. Leurs intentions étaient enracinées dans l’amour. Elles n’avaient rien à tirer en retour de cette quête. Au contraire, elles ne voulaient qu’embaumer son corps. Elles aimaient tant Jésus qu’elles ne voulaient pas que son corps soit déshonoré. Elles ne pensaient même pas le trouver vivant! Bien conscientes que les soldats romains pouvaient les bafouer, les frapper, les renvoyer, elles cherchaient Jésus dans le but de le trouver. Le terme ici utilisé signifie aussi « faire tout son possible ». Elles s’étaient levées tôt pour être là au commencement du jour. Elles s’étaient sûrement mit en tête qu’elles pourraient convaincre les soldats, les amadouer. Elles étaient vraiment déterminées à utiliser tout ce qu’elles avaient et tout ce qu’elles étaient pour trouver Jésus.

Quelle surprise ce fut pour elles! Plutôt que de trouver une grosse pierre à rouler, des soldats méchants et des moqueries et de l’opposition, elles virent un éclair tomber du ciel comme la foudre! La terre trembla, l’ange roula la pierre et s’assied dessus! Les soldats bouleversés tombèrent comme morts! Jetées par terre, elles entendirent une voix les réconforter, une porte ouverte et juste après Jésus lui-même! Oh quelle promesse pour nous aujourd’hui. L’ennemi désire nous intimider et nous décourager de chercher sa face. Il met ses gardes pour nous faire croire que nous ne parviendrons jamais à trouver le Seigneur dans la prière. La chair et nos péchés, comme une grosse pierre semblent nous fermer l’accès à Jésus. Plusieurs chrétiens croient que la prière est pénible et parsemée d’embuchent, ils se voient rentrer dans la prière comme ces femmes dans un tombeau. NON! Oh que Dieu nous éclair! L’ange leur dit « il n’est pas ici car il est ressuscité ». Jésus n’est pas dans une prière morte et découragée. Il ne se trouve pas dans la religion dépourvue de sentiment. Si vous voyez la prière comme une corvée, un pénible pèlerinage, l’ange de l’Éternel vous répond plein de force « il n’est pas ici ». Pénétrer la présence de Dieu n’a rien à voir avec une grotte sombre et inconfortable.

La mort à la croix de notre Sauveur a tout changé! Venez, avancez-vous dans le but de le trouver. C’est Sa puissance que vous trouverez! Il enverra ses anges pour aplanir votre sentier, la porte est ouvert et ce n’est pas dans un vieux tombeau de prières mortes que vous le rencontrerez mais bien dans un jardin comme en Éden! Là elles le virent. Elles croyaient parler au gardien du jardin. Elles n’avaient pas tout à fait tord. N’était-il pas le grand gardien d’Éden qui venait rencontrer son ami dans la brise du soir? N’était-il pas la voix de Dieu qui, dans le jardin, cherchait Adam alors que celui-ci avait péché?

Le voici ici, encore dans un jardin. Prophétisant lui-même que maintenant par son précieux sang, nous sommes de retour en Éden, un jardin spirituel de communion et de fruits délicieux dans Sa présence. La croix a tout changé! Le cimetière s’est changé en jardin. Le tombeau est maintenant une porte ouverte. Les gardes sont tombés morts! La gloire de Dieu fait trembler la terre et nos cœurs! La lumière brille « et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit ‘je vous salue’ elles s’approchèrent de Lui et se prosternant, lui saisirent les pieds » elles arrivèrent en deuil mais découvrirent la vie. elles arrivèrent le cœur lourd mais Sa voix ressuscita leur foi! qu’elles sont nombreuses et incalculables, les bénédictions pour celui qui cherche sa face!  Oh mon ami, viens maintenant vers Lui et tu découvriras que rien ne peut désormais nous séparer de son amour. Le pire des meurtriers peut s’approcher sans crainte. Mets ta foi dans son sang et tu trouveras le Ressuscité! Qui nous séparera de Son amour! Qui nous empêchera de chercher Sa face?! La puissance de Dieu encore aujourd’hui roule les pierres! Les femmes se dirent « qui roulera la pierre pour nous? » mais cet obstacle ne les empêcha pas d’avancer. Malgré cette grosse pierre, avance! ne te demande plus ” mais qui roulera la pierre pour moi? qui priera pour moi, qui m’aidera? qui se soucis de moi?” avance et Dieu lui-même se chargera de la pierre. Tu découvriras qu’il n’y a plus d’obstacle entre ton Sauveur et toi.

Celui qui cherche Jésus dans le but de le trouver Lui, ne se laissera même pas dévier par un ange! Sur la parole de l’ange, elles quittèrent vite le tombeau. Le spectaculaire, l’ange, le tonnerre et le tremblement de terre ne pouvaient remplacer Jésus. Le miracle ne pouvait remplacer Le Ressuscité.  Ce que Dieu a fait met notre cœur dans la joie, mais notre quête est toujours de trouver le Fils!

Encore aujourd’hui, la voix de Dieu retentit pour celui qui cherche Son Fils dans le but de Le trouver! Encore aujourd’hui cette promesse est pour nous « mais vous, vous n’avez rien à craindre car je sais que vous cherchez Jésus ». Ne craignez pas vos propres péchés. Ne craignez pas le monde et tous les soucis qui viennent vers nous comme un fleuve immense. N’allez pas vers un tombeau vide et sombre, il n’est pas là. Retournez-vous et vous verrez un jardin. Le Gardien du jardin vous y attend. Le Créateur!

Quand on cherche le Seigneur de tout notre cœur, on trouve une porte ouverte! À quiconque cherche dans le but de Le trouver, Une parole de paix, une promesse et la puissance de Dieu se déploieront. À celui qui met tout pour chercher le Fils, Dieu lui assure que Jésus lui-même viendra le saluer! Alléluia! Avançons car il nous attend. Cherchons-le car il marche déjà à notre rencontre. Tournons le dos au tombeau car un jardin de communion nous attend juste derrière. À toi qui pleure de douleur, Il te répond plein d’amour « pourquoi pleures-tu? Qui cherches-tu? » Oh viens et tes yeux s’ouvrirons, tu ne pourras que t’écrier « Maitre! » Aujourd’hui, si vous entendez la voix de l’Éternel dans le jardin, n’endurcissez pas votre cœur, avancez-vous dans le but de trouver Jésus.

Son Nom est pour vous!

Une des plus belles pensées bibliques qui a fait fondre mon cœur il y a de cela déjà plus de 4 ans concerne le nom de Dieu. Au buisson ardent, Dieu révéla Son nom à Son serviteur. Il lui dit que Son nom est « YHVH ». Comme tout jeune étudiant en théologie, je le savais, mais mon cœur n’avait jamais été révélé de la profondeur de ce terme et de son application à ma vie personnelle. YHVH signifie une identité imprononçable. Appelé communément le tétragramme, ce terme se traduit très imparfaitement. Un théologien s’est même gracieusement avancé en écrivant « c’est un mot de l’au-delà, du ciel ». C’est un terme impossible à traduire car il est issu du langage de Dieu! Notre Créateur et Sauveur est tellement au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer. Ce terme implique, à tous les temps de verbe possible, les mots « Je Suis » et « qui Est ». Il a donc été traduit « Je Suis celui qui Est ». Mais il peut se conjuguer à tout temps de verbe. Dieu était, est et sera, celui qui était, est et sera. En fait, il est tout! Le Centre! La Source! Il était, est et sera toujours Tout! Tout ce dont nous avons besoin.
Il est votre source encore aujourd’hui. Il est la solution à tous vos problèmes. Au retour d’exil, vers 400 ans avant Jésus-Christ, les Pharisiens sont apparus. Dans leur peur de déplaire à Dieu, ils ont inventé toutes sortes de lois et les ont imposées au peuple. Pour être certain de ne pas utiliser le nom de Dieu en vain, ils retirèrent le YHVH des écrits de Moise, entre autres. Mais anciennement, lorsque les gens lisaient les entretiens entre Dieu et Son serviteur, ils lisaient, par exemple : « YHVW parla à Moise et lui dit ». Réalisant que ce terme signifie simplement que Dieu est le Centre et la Source de tout, je me suis mis à lire autrement les entretiens entre Dieu et Son serviteur. Décidant de remplacer le terme « le Seigneur dit à Moise » par « la Source, le Centre de Tout dit à Moise… », ma lecture fut instantanément transformée et mon cœur touché de voir qu’anciennement, les lecteurs étaient plus près de la réalité de qui est Dieu que plusieurs d’entre nous le sommes. Les termes Dieu, Seigneur et L’Éternel sont des mots merveilleux pour nous aider à comprendre qui est ce Créateur.
Toutefois, il me paraît important de ne pas oublier Son nom, celui qu’Il a révélé à Moise : le Centre, la Source. Encore aujourd’hui, et surtout aujourd’hui, le Seigneur veut s’approcher de nous et nous manifester Son nom : « J’étais, je Suis, je Serai celui dont tu auras toujours besoin. Tout a été créé par moi et pour moi. Toute bonne chose vient de moi ». Ni l’argent, ni les amis, ni l’Amour avec un grand A ne pourront nous protéger au jour de la tempête, au jour de la fournaise ou de la fosse aux lions. L’Occident court vers des jours de terreur, de peur et de grande anxiété. Dans ces jours sombres où nos voisins marcheront dans la peur du terrorisme, de l’écroulement de leur monnaie ou de leur porte-feuille financier, Dieu s’élèvera un peuple en paix. Aucune institution ne peut vous procurer la paix.
Dieu s’élève présentement des enfants qui auront bien appris leur leçon : Dieu est la Source! Il est le seul Rocher, la Seule fondation! Aujourd’hui, si vous entendez Sa voix, n’endurcissez pas votre cœur, revenez à Lui, cessez de vous appuyer à droite et à gauche. Il est le Centre, la Source! Il le fut, l’est encore et le sera toujours, il est YHVH, la Source!